Bienvenue sur le site de MIA. Vous pourrez découvrir sur ce blog diverses Minis Interviews d'Auteurs de bd (et d'artistes, essentiellement dans le domaine du graphisme). En français comme en anglais. Les but des MIA's est de présenter des artistes nouveaux ou déjà confirmés, mais aussi des sites internet, des collectifs, des fanzines, des forums et même des e-boutiques - boutiques en ligne - qui permettent d'en découvrir. Bonne visite et n'hésitez pas à me contacter et à laisser des commentaires sur les MIA's pour déposer vos avis, vos appréciations etc.

29 août 2007

Lapin


Phiip (Lapin)

Lapin, premier webcomics (ou bd publiée uniquement sur le net) francophone, compte à ce jour plus de 2.000 lecteurs quotidiens et 10.000 visiteurs curieux. Créé en 2001 par Phiip, jeune et talentueux auteur et éditeur, ce portail accueille 20 autres séries tout aussi rocambolesques, dénuées de sens mais non d'intérêt. En 2005 le premier livre Lapin est paru aux éditions Lapin (comme quoi^^), suivront plus tard un autre livre (toujours de l'ami Phiip) sur les citations méconnues du public et bientôt 'Plus Fort que le Fromage' et le tome 2 des citations méconnues.

Pourquoi Lapin et pas Renard ?

Ça a failli être Renard, puisque une des peluches en compétition pour le rôle de lapin était un nounours nommé Renard qui appartenait à ma fille, et qui a fait quelques bouts d’essais devant l’appareil photo. Il était accompagné d’un panda appelé Panda, et ils auraient pu former cette sorte de duo que forment lapin et l’ourse verte. Après une âpre négociation, ma fille m’a expliqué que si je lui piquais ses doudous, j’allais le sentir passer grave, que si je voulais une peluche, j’avais qu’à m’en fabriquer une bordel. Ce que je fis donc, avec le résultat certes déplorable, mais au combien personnel que l’on connaît.
Lapin est libidineux, poète, lâche, allergique au travail et à la logique. Il cherche à se reproduire par tous les moyens possibles et imaginables, au point qu’il va faire concevoir son enfant par un professeur sadique. L’ourse verte est brutale, alcoolique, psychopathe, un vrai danger public au volant (que le volant soit celui d’une voiture ou d’un vaisseau spatial). La seule raison pour laquelle elle ne boit pas en conduisant, c’est parce que le tonneau de bière cache la route.
Bluffé par le succès de Lapin, Renard s’est adonné à la drogue quelques années après, et j’ai fini par le retrouver inerte au fond d’une vieille caisse. Son complice Panda avait fait quelques auditions pour Miyazaki, mais sans succès, et avait dû se reconvertir comme assistant personnel de Carapuce, le nouveau doudou de ma fille.

Raconte-nous en quelques lignes son histoire et son concept.

Ben, disons que tout a commencé en avril 2001 par les aventures de Lapin qui vit dans la boîte jaune de l’ourse verte avec le caillou. Comme je traduis quotidiennement Lapin en anglais, je me suis fait des amis outre-atlantique, dont les auteurs d’Elftor et de Ninja blanc. Du coup, je leur propose de traduire leur strips, et me voilà avec trois séries régulières. Puis Puyo arrive, suivi des deux auteurs des aventures de Yahourt, puis Polito, après ça j’arrive à convaincre Max Cannon de traduire Red Meat (une véritable institution dans le petit monde des webcomics), etc, etc.
En fin de compte, peu de grand projet, ou de prévisions derrière tout ça, juste une succession de rencontres, d’événements, de coïncidences, mais sans grenouilles qui tombent du ciel. D’inconscient, le concept est devenu un peu plus conscient au fil du temps, mais il n’existe pas de recette sur la « bonne » série lapin, autre que « j’aime beaucoup ».
Le principal point commun de tout le monde est l’humour absurde. Sans prise de tête, sans grandiloquence, sans vouloir paraître plus que ce que nous sommes (le premier portail francophone de webcomics bordel).

Les webcomics qui y figurent ne brillent pas par leurs dessins mais plutôt par un humour noir et un sens narratif aigu. C'était voulu ?

Une des particularités de la bande dessinée française est de considérer que des beaux dessins peuvent rattraper une absence d’histoire ou de contenu, voire une succession de dessins sans le moindre début d’histoire. Comme tu l’as si finement noté, je considère au contraire que le dessin est quelque chose de secondaire par rapport à l’histoire, à condition qu’il ne la desserve pas.
Elftor par exemple est un des meilleurs webcomics de lapin, avec un graphisme ultrasimple. Imaginons pour faire peur un univers où Elftor aurait été dessiné à la française, pour un album de 48 pages couleurs, avec force détails, décors, et un dessin différent par case : il aurait déjà fallu dix fois plus de temps, et le problème quand on met autant de temps, c’est que le strip perd en dynamisme et en spontanéité. Pour dessiner « Les nouveaux voisins d’Elftor », la méthode franco-belge aurait pris pas loin de six mois. Et trois mois pour le strip suivant ! La méthode du copier-coller te permet de réaliser rapidement des strips vifs et très incisifs, de garder un bon rythme de publication, de fidéliser ton public, et petit à petit de changer ou de t’améliorer si tu le souhaites.
En effet, certains auteurs du portail ont un vrai talent de dessinateur, qui s’est calmement forgé de strip débile en strip mal dessiné, comme Puyo (auteur de Kouin) ou Desmond Seah (avec Plus fort que le Fromage). Et n’oublions pas que des créations originales comme « Une Modeste Destinée » ou « Yahourt » ont de mon point de vue une très grand valeur au niveau du dessin, même si on est dans le domaine du Pixel-art.
Donc, le dessin moche n’est pas un dogme lapin, je ne cherche pas du moche pour du moche, je cherche des histoires intelligentes et bien racontées. Pour le reste, on trouvera toujours quelque chose à faire, quitte à faire dessiner les scénarios d’un auteur comme le font Puyo et Polito ensemble sur Des Lapins et des Hommes.

Quel avenir ? Une publication ?

Ah, les premières questions étaient top, mais là, ça baisse grave. Fin 2005, avec une dizaine de Lapins passionnés on a créé Lapin Editions, qui a déjà publié deux livres (NDI : Désolé, son site était tellement bien et rempli que je n'ai même pas vu 'Lapin Edition' *honte à moi et ma famille pour quatres dégénérations*) :
- Lapin 1, je suis un Lapin, de Phiip fin 2005
- Le petit livre des citations idiotes, de Phiip., fin 2006
Le premier tome de « Plus Fort que le Fromage » devrait sortir d’ici un mois, et le Petit Livre des citations 2 d’ici la fin de l’année. Le principal obstacle pour sortir plus de livres, c’est le temps, hélas, mais je travaille sur une petite machine artisanale qui aurait le pouvoir de ralentir le temps et de changer l’or en plomb.
Et nous avons des milliards de projets en stand-by, qui n’attendent qu’un peu de temps et d’huile de couill- coude à leur consacrer. Comme le jeu lapin, qui est un concept phénoménal, qui demande un peu de travail encore, mais que j’aimerais finaliser d’ici un an maximum.
Quand à ces fameux tee-shirts que tout le monde me réclame, je- hmm hmm… oh regarde, là, un éléphant qui vole !
**disparu**



1 commentaire:

Phiip a dit…

Depuis, j'ai enfin lancé la fabrication des tee-shirts !

Disponibles fin novembre sur lapin. Je repasserai en parler !